Aujourd’hui, obtenir une place dans une crèche relève du parcours de combattant, car l’offre est largement insuffisante par rapport à la demande. Certains spécialistes estiment la probabilité à une chance sur dix. Face à ce manque, les parents doivent trouver une solution de garde alternative. Engager une assistance maternelle est de plus en plus courante, passer par une structure professionnelle comme Assadia permettra de trouver un personnel compétent et qualifié. D’autres options sont également disponibles.

Engager un garde d’enfant à domicile

La garde d’enfant s’occupera de l’enfant lorsque les parents ne sont pas là ou quand ils exercent une activité à domicile. Elle lui donnera le repas, jouera avec lui et surveillera sa propreté. Elle organisera également différentes activités destinées à favoriser le développement psychomoteur. L’auxiliaire parental travaillera de concert avec les parents en vue d’une éducation pleinement réussie. En plus de leurs années d’expérience, beaucoup d’assistants maternels ont passé le CAP Petite enfance, une certification connue maintenant sous le nom de CAP accompagnant éducatif petite enfance.

Plusieurs aides sont prévues pour les personnes qui engagent un garde d’enfant à domicile. La CAF versera une allocation mensuelle, les municipalités prévoient une enveloppe spéciale et l’État accordera une réduction d’impôts.

La garde en langue étrangère : un investissement payant

D’après les spécialistes, baigner très tôt dans une langue étrangère facilite l’apprentissage. On peut engager un auxiliaire parental ou une nounou issue d’un autre pays qui échangera avec l’enfant en utilisant sa langue maternelle. Cette pratique favorisera aussi l’éveil, car chaque langue véhicule une culture. Même si le coût reviendra un peu plus cher, il s’agit d’un bon investissement, la maîtrise des langues étrangères constitue toujours un plus.

Mamie ou papy-sitter, une solution intéressante

Le nombre de seniors continue à augmenter et ils ont encore de l’énergie à revendre. Beaucoup d’entreprises font appel à leur service et ils investissent aussi le créneau de la garde d’enfant. Néanmoins, les informations disponibles montrent qu’il ne s’agit pas d’une activité à plein temps. En tant de que grands-parents, leur expérience et leur savoir-faire n’est plus à démontrer. Les côtoyer permettra aussi aux enfants de mieux comprendre certaines facettes de la vie et d’entendre des anecdotes croustillantes.

La solidarité entre les parents : une option envisageable

L’entraide entre parents permet de renforcer les liens de solidarité et de faire des économies. Concrètement, elle consiste à réaliser des heures de baby-sitting gratuites. En plus de leurs propres enfants, ils garderont aussi ceux de leurs amis et de leurs voisins. Quand ils seront absents, leurs enfants iront chez une autre famille. Les avantages sont nombreux. Les petits restent dans un environnement familier, ils passeront du temps avec leurs camarades de classe ou leurs amis. Cette pratique réduira également les dépenses. Plusieurs parents ont déjà essayé cette solution. Si on souhaite participer à cette solution de garde alternative, on peut s’inscrire sur de sites spécialisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *